Depuis 1927, les jardins du Château de Villandry ont su trouver leur place dans l’itinéraire de visite des habitants et des touristes du Val de Loire. Quel est le secret du « château des jardins » pour figurer parmi les incontournables de sa région ? Réponse avec Henri Carvallo, son Directeur général.

« Les jardins d’abord », doctrine centenaire de la famille Carvallo

« Villandry a la chance d’être situé dans une très belle région touristique », explique Henri Carvallo. Consciente de l’attrait des habitants et des touristes pour les Châteaux de la Loire, ainsi que du flux régulier de visites généré, la famille Carvallo décide dès l’ouverture au public du Château de Villandry, au XXe siècle, de tout miser sur la beauté de ses jardins pour le conquérir.

Château de Villandry

« En tant que demeure privée, Villandry ne dépend, pour son embellissement et sa gestion, que des recettes de la billetterie », détaille le Directeur général. Afin de trouver une autonomie financière, Henri Carvallo poursuit la stratégie familiale. Premièrement, faire rayonner les jardins, avec près de 800 000 € consacrés chaque année à leur entretien, « sans compter les gros travaux ». Et deuxièmement, soigner l’accueil des visiteurs, afin de bénéficier d’un bouche-à-oreille efficace. « Nous avons notamment reçu la marque qualité tourisme. » Résultat ? 350 000 locaux et touristes ont arpenté les espaces verts du Château de Villandry en 2017, une « bien meilleure année que 2016 », et « une place consolidée parmi les plus beaux jardins du monde. »

10 jardiniers dans un havre de biodiversité

Pour entretenir les six hectares d’espaces verts qui le composent, le Château de Villandry compte sur son équipe de 10 jardiniers. Toute l’année, ils s’affairent autour des 110 000 fleurs et légumes, assurent la taille des arbres, maintiennent la structure complexe des jardins à la française… « Nous n’avons pas recours à des entreprises sous-traitantes », détaille Henri Carvallo, qui voit l’internalisation des compétences comme essentielle. En s’appropriant les lieux, l’équipe développe son savoir-faire et exprime sa « sensibilité esthétique », « élément clé » de la tenue de jardins culturels. Pour prêter main forte à ses mains vertes, le Château de Villandry accueille chaque année un apprenti Compagnon du Devoir à mi-temps, ainsi que des stagiaires d’écoles d’horticulture et de paysage.

 

Depuis 2009, les jardins du Château de Villandry sont traités de manière biologique. D’abord concentrés sur le potager, « où les méthodes de travail ont été entièrement repensées », ces traitements respectueux de la nature concernent désormais l’intégralité du site. Un choix plus coûteux « en temps qu’en matériel », explique Henri Carvallo, qui a notamment permis au site de se classer en tant que Refuge LPO (Lutte de Protection des Oiseaux). « Nous accueillons aujourd’hui une centaine d’oiseaux différents, qui se nourrissent des insectes qui peuplent nos jardins ». Un atout supplémentaire auprès du public.

Organisation d’événements, la petite révolution des jardins de Villandry

Si le Château de Villandry reste fidèle à la doctrine familiale en plaçant les jardins au centre de ses préoccupations, Henri Carvallo a décidé d’y apporter une petite révolution : l’organisation d’événements. « Ces animations viennent compléter notre activité principale, à savoir la visite du ‘château des jardins’. » Parmi les rendez-vous préférés du public, La fête du potager, qui permet aux visiteurs de rencontrer l’équipe de jardiniers et de participer aux ateliers qu’ils ont imaginé pour eux. Face au « franc succès » de cet événement et à l’engouement du public pour les compétences de ses mains vertes, le Château de Villandry a lancé sur son site internet une rubrique entièrement dédiée aux conseils de jardinage de son équipe. « Nous pensions que cette idée pourrait être vertueuse », détaille le Directeur général, qui voit le développement de la notoriété d’un site comme une « multitude de petites actions qui s’ajoutent les unes aux autres. »

NUIT DES 1000 FEUX Château de Villandry

Cependant, pour attirer encore plus de visiteurs, le Château de Villandry a vu les choses en grand : 2 000 bougies, un feu d’artifice musical sur la pièce d’eau, des artistes pour égayer les jardins et grande nouveauté en 2017, un mapping géant des jardins affiché sur l’un des murs du château. Organisées durant un week-end du mois de juillet, Les nuits des 1 000 feux sont « l’événement phare de l’été. » En 2017, Henri Carvallo enregistre un « véritable record » de fréquentation des jardins : 3 000 visiteurs dès le premier soir. Une performance que le Directeur général entend bien réitérer, voire battre en 2018, avec cette fois « deux week-end consacrés à ce spectacle. »

Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Share on Facebook