Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Les fondations du groupe ENGIE et de la SNCF s’engagent à soutenir des initiatives culturelles à portée sociale, environnementale et solidaire. Aux côtés de la Fondation Culturespaces, elles donnent vie à un programme dédié aux enfants fragilisés : Art en Immersion. Témoignages.

Construire un avenir plus solidaire

La fondation ENGIE est née il y a 27 ans. Elle fut parmi les premières fondations d’entreprises françaises créées, et à croire en la nécessité de construire un avenir plus solidaire en investissant dans la culture et l’éducation. Pour son délégué général, Philippe Peyrat, « on ne peut pas travailler dans le secteur de l’énergie sans la volonté de partager et transmettre. Donner accès aux publics éloignés de la culture est au cœur de notre action. » À ce titre, la fondation ENGIE est déjà le mécène de prestigieuses institutions, comme les musées d’Orsay, du quai Branly ou de l’Opéra : chaque année 1000 jeunes venant de zones d’éducation prioritaires y sont accueillis, grâce au soutien de la fondation. « Nous sommes également les partenaires de plusieurs actions du Louvre comme Les jeunes ont la parole ou La petite galerie. Ceux-ci permettent aux plus jeunes de découvrir l’environnement muséal et ses codes. Avec 23 ans d’expérience à son actif, la fondation SNCF travaille de son côté à désenclaver le territoire, y compris sur le plan culturel, en favorisant l’accès à la culture à tous les publics. « Nous faisons du mécénat pour trois types de projets : éducatifs, culturels et artistiques », détaille Marianne Eshet, sa déléguée générale. La fondation SNCF finance ainsi Démos, un dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale. À travers ce programme, elle offre la possibilité à des jeunes de 7 à 14 ans, habitants des quartiers ou de zones rurales, de pratiquer de manière intensive un instrument de musique pendant trois ans. « Faire découvrir la culture est indissociable de la pratique de l’art », insiste Marianne Eshet.

L’art de sélectionner les projets

Chaque année, les fondations reçoivent de nombreuses demandes de mécénat mais elles se montrent également proactives en recherchant des initiatives ambitieuses : « Nous avons immédiatement cru dans les projets innovants de la Fondation Culturespaces et nous sommes fiers d’avoir été parmi les premiers à les soutenir », se réjouit Marianne Eshet. Un enthousiasme partagé par Philippe Peyrat : « Certes, Culturespaces est une filiale du groupe ENGIE mais cela n’est pas entré en ligne de compte dans notre choix d’en devenir le mécène. Nous avons pleinement adhéré à leur volonté d’aller prospecter de nouveaux publics, notamment les jeunes à l’hôpital. » La fondation ENGIE et la fondation SNCF sont notamment devenues les partenaires privilégiés d’Art en Immersion : comme son nom l’indique, ce projet s’appuie sur les grandes expositions numériques immersives créées par Culturespaces.

Art en immersion : une transmission intuitive

Loin de la solennité des musées, les œuvres projetées à l’Atelier des Lumières à Paris et aux Carrières de Lumières aux Baux-de-Provence enveloppent les visiteurs dans un impressionnant jeu de sons et lumières, à l’image des impressionnantes expositions consacrées à Gustav Klimt ou Vincent Van Gogh. L’expérience vise une transmission intuitive et sensorielle, idéale justement pour les plus jeunes à la culture. Dans ces grands espaces baignés de lumière, les enfants peuvent courir, s’exprimer librement et finalement apprendre à s’émouvoir face aux œuvres de manière ludique. « Art en Immersion peut servir de porte d’entrée vers les musées traditionnels, souligne Marianne Eshet. Mais surtout il ne s’arrête pas à la visite. La découverte est liée à la pratique. C’est exactement de cette manière que nous souhaitons ouvrir les enfants fragilisés au monde de la culture. » En amont de la visite, le programme prévoit un atelier pédagogique, qui familiarise les enfants avec l’œuvre d’un grand peintre à l’honneur dans l’exposition. Ensuite, après avoir été plongé dans les projections numériques, place à la pratique : les jeunes visiteurs sont invités à exprimer leurs émotions face à l’artiste, et à se réapproprier ses codes couleurs dans des créations personnels – un travail entièrement libre, sans aucune notation. Un mini-vernissage est ensuite organisé pour présenter ces créations et partager l’expérience des enfants avec leurs parents.

 

Musée 21 - Enfants fragilisés et culture

 

Philippe Peyrat souligne le caractère « disruptif » d’Art en Immersion, qui met les technologies digitales au service de la démocratisation la culture : « À l’heure de l’entertainment généralisé, ces innovations permettent de poser un regard à nouveau émerveillé et étonné sur le monde qui nous entoure ». Art en Immersion a déjà bénéficié à 5 500 jeunes, preuve de la pertinence du soutien des fondations SNCF et ENGIE à la fondation Culturespaces. Derrière cette initiative, c’est la vision d’une culture exigeante, avant-gardiste et accessible à tous qui se dessine.

 

Pour découvrir le projet Art en immersion, retrouvez la vidéo de présentation ci-dessous :

Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Share on Facebook