Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Au cœur du Sugar Hill, l’un des quartiers les plus pauvres de New-York, aux Etats-Unis, le Sugar Hill Children’s Museum of Art & Storytelling, musée d’art contemporain, va à la rencontre des enfants. Objectif : nourrir leur créativité et enrailler définitivement leurs complexes. Récit d’une équipe engagée.

Une structure inédite à New-York

« La difficulté est de faire comprendre aux habitants le pouvoir de l’art ». Pour Lauren Kelley, directrice et conservatrice en chef du Musée, le projet du Sugar Hill était avant tout un pari, celui d’offrir pour la jeunesse, une alternative dans leurs activités quotidiennes. « Au début, les habitants du quartier pensaient que c’était un musée destiné aux personnes aisées et dont ils seraient logiquement exclus. Un nouvel effet de la gentrification. Nous avons fait un vrai travail de pédagogie pour expliquer notre démarche. » Pourtant, Ellen Baxter, la fondatrice du musée, en est convaincue : l’art est un moteur social unique. « Nous souhaitions nous investir dans un projet de long terme pour le quartier. Un musée est le symbole d’une société prospère, saine et qui chérit son histoire », explique-t-elle.

 

Créé par l’association à but non lucratif de Manhattan, le Broadway Housing Communities, le Sugar Hill Children’s Museum of Art & Storytelling  a ouvert en 2015 au nord de l’Upper West Side à New York. « Dans ce quartier nord, plus de 70% des enfants naissent dans la pauvreté. Pourtant, le quartier abritait il y a encore peu une vraie richesse culturelle. Malgré son déclin dans les années 1970, il a accueilli de nombreux artistes, écrivains et politiciens », partage Lauren Kelley. Sur 13 étages, le bâtiment accueille les visiteurs du musée au rez-de-chaussée. Dans les étages supérieurs, des logements à faibles coûts sont proposés aux ménages les plus en difficultés du quartier. Une école préscolaire gratuite s’intègre dans le complexe global. Au total, le projet a représenté un investissement initial de 84 millions de dollars réunis grâce à une aide du National Endowment for the art et par le soutien de plusieurs mécènes dont la Matisse Foundation, les Deutsche et Goldman Sachs Banks, ou le groupe d’énergies ConEdition. Grâce à cette aide, le musée a pu établir un ticket d’entrée accessible tout en faisant intervenir des artistes réputés. L’entrée du musée est fixée à 7$ (environ 6,30€) et de nombreux tarifs réduits sont proposés en fonction des profils. Le musée est gratuit pour les plus jeunes visiteurs.

Apprendre, partager et se construire avec l’art

Le Sugar Hill Children’s Museum of Art & Storytelling s’est ainsi donné pour mission d’être un lieu de rencontre intergénérationnelle, destiné particulièrement aux enfants de 3 à 8 ans ainsi qu’à leurs parents.  « Nous nous adressons à nos voisins », explique Lauren Kelley. Le musée propose ainsi des expériences inédites à partager en insistant sur le dialogue avec les enseignants et les artistes.  « Nos programmes pour les enfants ont été élaborés en étroite collaboration avec les directeurs d’école et les enseignants. » Chaque semaine, les élèves des écoles partenaires se rendent au musée pour des activités pratiques. « Craies, peinture à l’eau, sculpture… Nous avons dédié une salle entière à la libre expression des enfants. Ils sont accompagnés par des artistes (écrivains, peintres, acteurs…) qui réfléchissent avec eux sur des thématiques précises comme l’environnement, le recyclage, la nature, etc. » Les ateliers sont un temps de partage : « Nous souhaitons valoriser leur créativité, leur curiosité pour ouvrir leur esprit, leur donner une vision positive d’eux-mêmes. »

 

De nombreuses expositions viennent rythmer la vie du Sugar Hill Children’s Museum of Art & Storytelling comme celle de l’illustratrice pour livres d’enfants, Faith Ringold qui aborde, avec délicatesse et poésie, des sujets de société complexes tels que le racisme. Les enfants ont également pu découvrir un mur en papier de piñata imaginé par Justin Favela qui célébrait la culture mexicaine au travers d’un jeu d’optique et d’une multitude de couleurs. « Nous pensons que les enfants sont tout à fait en capacité de comprendre l’art contemporain. Nous ne sous-estimons pas leurs questions et essayons de les inviter à aller plus loin dans leur réflexion », raconte Lauren Kelley. En somme, d’éveiller leur curiosité.

 

« Le musée est un engagement pour les habitants du quartier et leurs enfants », affirme Ellen Baxter, Fondatrice du Musée et directrice exécutive. Depuis son ouverture au public à l’automne 2015, le Musée a ainsi accueilli plus de 75 000 visiteurs dans le cadre de 14 expositions intergénérationnelles et de programmes éducatifs. D’ici 2020-2023, de nouveaux projets d’expositions murales devraient voir le jour, avec encore plus d’animations interactives, ainsi qu’un partenariat avec le Harlem Studio Museum et plusieurs musées pour enfants.

Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Share on Facebook