Horde de Gremlins, maquette de Gotham City, animatronique de la Reine Alien : le Musée Miniature et Cinéma de Lyon met en scène les effets spéciaux de plus de 300 films. Un concept unique en Europe  qui attire 160 000 visiteurs par an.

« Nous sommes contactés par les studios »

CostumesSF (002)

A sa création en 2005, le Musée Miniature et Cinéma de Lyon expose des miniatures d’artistes miniaturistes internationaux. Progressivement, il se spécialise dans les décors de cinéma. « Nous voulions faire découvrir au grand public, les secrets du cinéma » commence Laurie Courbier, chargée des expositions cinéma. Le musée a donc contacté les studios du monde entier afin de récupérer les éléments de décor, les costumes,  les prothèses et autres accessoires qui font le succès des plus grands films. « La plupart des studios se retrouvent avec du matériel sur les bras en fin de tournage. Nous récupérons les pièces intéressantes, nous les retravaillons, et leurs donnons une seconde vie dans nos galeries » continue-t-elle. Dix ans après, du fait de sa notoriété, ce sont désormais les studios qui appellent Laurie pour lui proposer de récupérer leur matériel. En plus des pièces, le musée veut également mettre en lumière leurs créateurs. Sculpteurs, maquettistes et graphistes sont donc invités à venir présenter leurs œuvres, sous l’œil intrigué du public.

8 salles, 8 ambiances

BatmanCatwoman (002)

Mais que trouve-t-on dans ce musée de cinq étages situé en plein cœur du vieux Lyon ? « Nous avons huit salles, avec huit ambiances différentes », annonce Laurie, qui nous fait une visite guidée pour l’occasion. Dans la première salle trônent les décors grandeur nature, du film Le Parfum à la série Space Cake. Puis vient une salle de pré-production où l’on retrouve des story-boards, des prémaquettes de décors et des sculptures, comme celle de l’extra-terrestre dans Rencontre du troisième type. La salle suivante présente une série de costumes allant de Gladiator à Hunger Games. On continue avec un espace dédié aux accessoires. On y admire, entre autres, la tenue de Catwoman portée par Michelle Pfeiffer dans Batman Le Défi, ainsi que la fameuse baguette magique d’Harry Potter. La cinquième salle se concentre sur les maquettes, notamment le Capitole du film Independance Day. Dans la sixième, le visiteur quitte la planète Terre à bord de vaisseaux spatiaux en tous genres, dont l’imposant Event Horizon, du film éponyme. Les animatroniques, créatures robotisées recouvertes de peau en latex, peuplent la septième salle, avec en guests stars les dinosaures du Monde Perdu. Enfin, la dernière salle est le repère de la terrifiante Reine du film Alien, icône du musée et clou de la visite. « Quand ils sortent, les visiteurs ne voient plus les films de la même façon » promet Laurie.

160 000 visiteurs par an

Si l’on se réfère aux seuls chiffres, on peut dire que la formule fait un tabac : « nous avons eu 160 000 visiteurs l’an passé, et sommes en progression constante ». Ce qui plaît aux visiteurs ? Le côté « making-off grandeur nature» que propose le musée. « Certains viennent de très loin pour voir l’envers du décor de leurs films et séries préférés » continue Laurie, nous confiant – non sans sourire – qu’un groupe de fans américains de Buffy contre les vampires a récemment traversé l’Atlantique pour venir voir les costumes de leurs acteurs fétiches.

CréaturesSF

« Des familles aux gothiques férus de science-fiction, il n’y a pas vraiment de profil type de visiteur » assure-t-elle. A ces visiteurs férus de séries et de films, le musée essaye de proposer l’expérience-visiteur la plus complète possible, avec des photos des tournages, des écrans avec des extraits de films, et même des bruitages dans la salle Alien pour une expérience immersive. « Les outils de médiation enrichissent la visite, mais les gens viennent surtout pour voir ce qui se trame derrière la caméra, et découvrir les secrets des effets spéciaux. »

Le mot de la fin ?

« Notre musée vient de signer un partenariat avec Century Fox et exposera bientôt les décors des films de Wes Anderson, de la chapelle de l’église de Moonrise Kingdom à la maquette 4x3m du Grand Budapest Hotel. » Un musée « miniature » qui compte parmi les grands…

Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Share on Facebook